Histoire du club
Actualité
Résultats
Classement
L'équipe 2005/2006
Histoire du club
Palmarès
Le stade Bollaert
Les supporters

Le Racing club de Lens est fondé en 1906 par des lycéens mais les premiers statuts du club ne sont déposés que le 18 octobre 1907. Messieurs Lotin et Douterlinghe (premiers présidents) et la ligue d'Artois engage le RCL pour la saison 1907-1908 dans son championnat unique. Cette première équipe est vêtue d'un maillot rayé noir et vert. En raison de la Première Guerre mondiale, Le Racing ne retrouve la compétition qu’en 1922. C’est en 1924 que le RCL portant alors du bleu, passe aux couleurs sang et or. Deux années plus tard, le Racing club de Lens remporte son premier titre le championnat d’Artois. En 1934 le club obtient le statut professionnel et c’est cette même année que la direction des Mines met à sa disposition une enceinte neuve, le stade Félix Bollaert, en hommage au président du conseil d'administration des Mines. Le Racing termine alors cinquième du championnat de Division 2 avant de le remporter en 1937.
Le RCL dominera le football Nordiste durant toute la période de l’occupation. En 1947 bien que relégués en Division 2, Les Lensois parviennent en finale de la Coupe de France mais s'inclinent devant le LOSC (2-3). De 1949 à 1956 le Racing s’impose dans le championnat Français. Mais malheureusement, victime de la récession minière dans les années 1968-69, le club abandonne le professionnalisme.
Le RCL évoluera alors en Championnat de France Amateur, mais grâce à la passion du maire de la ville pour le club, Le Racing retrouvera vite le haut niveau. En 1971-72 Lens dispute une demi-finale de Coupe de France face à Bastia. L’année suivante les Sang et Or remporteront leur championnat et retrouveront « l’élite » du football Français.
En 1975, le RCL dispute la finale de la Coupe de France face à Saint-Etienne. Battus 2-0, Les Lensois accèdent néanmoins à la Coupe des coupes grâce au doublé des Verts. Leur premier adversaire européen est Home Farm Dublin mais l'aventure s'arrêtera au tour suivant face à La Haye. Lors de la saison 1977-78, les Lensois réalisent une performance qui marquera l'histoire du club.En effet Lors du second tour de la coupe de l'UEFA, après s'être inclinés 2-0 à Rome face à la Lazio, Didier Six et ses partenaires humilient les Italiens au retour, 6-0 après prolongations. Mais le Racing sera éliminés ensuite par Magdebourg, ils ne peuvent éviter la descente en D2 où ils ne feront qu'un bref passage d'une saison. Trois ans après, Lens retrouve le niveau européen. Cette fois, tous les clubs sont belges...

Lors de cette campagne 1983-84, les quarts de finale restent encore inaccessibles pour les Lensois, sortis par Anderlecht, vainqueur au retour après avoir réussi le nul à Bollaert (1-1). Le match aller reste gravé dans les mémoires avec ce fameux caillou jeté des tribunes sur la jambe de Munaron... qui laisse échapper le cuir dans ses filets.

L'année 1988-89 est marquée par l'arrivée d’un nouveau présidentt, Gervais Martel. Cette saison est encore synonyme de relégation en D2. Le purgatoire dure deux saisons avant que le RCL ne retrouve l'élite.
En février 1992 , la venue de l’OM permet de porter le record de spectateurs à 48912.
Une autre aventure en coupe UEFA débute au cours de la saison 1995-96. Après Beggen et Odessa, Lens tombe sur le Slavia Prague et s'incline devant un certain Vladimir Smicer...
Une fois de plus, Lens ne connaîtra pas le printemps européen ! La saison suivante n'offrira qu'un seul rendez-vous international à Bollaert. Lens est sorti d'entrée par la Lazio de Rome... avant de sombrer dans les profondeurs du classement.
Roger Lemerre, qui impose Daniel Leclercq comme adjoint, est appelé au chevet le 9 mars. Quelques semaines plus tard , Lens sauve sa tête...

L’année 1998 restera à jamais gravé dans le cœur des supporters Lensois ! L'année du Mondial en France, le Racing fait parler de lui au mois de mai. A Auxerre, au soir de l'ultime journée de D1, Lens, avec Leclercq aux commandes, devient champion de France grâce à un but de Lachor.
La nuit sera longue et belle à Bollaert. 30000 supporters viennent fêter les héros. Nuit magique... Quelques jours avant, les mêmes Lensois avaient perdu la finale de Coupe de France face à Paris SG, déjà vainqueur en demi-finale de la Coupe de la Ligue.
L’année suivante, le RCL écrit une nouvelle page de son histoire en participant à la Ligue des champions et en remportant la Coupe de la Ligue aux dépens de Metz (but de Moreira). L'Europe sera au programme de l'année 2000 ! Mais l'exploit de cette année 99 restera la victoire à Wembley où aucune équipe française ne s'était encore imposée. Malheureusement, ce retentissant succès ne permit pas aux Lensois de se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des Champions.
Après un mauvais début de Championnat et malgré une qualification en Coupe de l'UEFA face à Tel Aviv, Daniel Leclercq se retire au profit de François Brisson ; Cette année la Lens brille de mille feux en UEFA. Et pour la première fois de son histoire, le RCL, après avoir sorti les Néerlandais de Vitesse Arnhem et les Allemands de Kaiserslautern (4-1 à l'extérieur avec trois buts de Job), est présent sur la scène internationale au printemps. Les Espagnols de l'Atletico Madrid puis du Celta Vigo subissent la loi de Dacourt et autre Nouma.
Finalement, les Gunners d'Arsenal briseront les rêves de finale de la bande à Martel. Lens s'incline deux fois, 1-0 à Highburry et 2-1 à Bollaert. Encore un nouvel entraîneur au Racing pour entamer la saison 2000-2001 : Rolland Courbis. Malgré une rapide élimination en Intertoto face à Stuttgart, la mayonnaise semble prendre entre le sudiste et le groupe artésien. Le bon début de saison de l'équipe n'est malheureusement qu'un feu de paille, et à la fin de l'hiver, Rolland Courbis laisse les rênes d'un club luttant pour éviter la relégation, à Georges Tournay. Celui-ci parvient à maintenir le Racing en D1 au terme d'une saison qui ne restera pas dans les annales.
C'est Joël Muller qui reprend les commandes d'une équipe moribonde à l'orée de la saison 2001-2002. Une équipe transfigurée qui va survoler le championnat de France, prenant la place de leader durant vingt-huit journées avant un brutal atterrissage à Gerland, lors de l'ultime rencontre qui verra in extremis les Lyonnais coiffer les Sang et Or au poteau. Vice-champion de France, Lens est directement qualifié pour la Ligue des champions.
En 2002-2003, le Racing Club de Lens dispute la Ligue des Champions une seconde fois ! Ces matchs font vibrer le public sang et or, notamment lors des victoires à Bollaert face au futur Champion d'Europe, le Milan AC, ainsi que contre la Corogne, et ce même si la qualification pour le second tour n'est pas au rendez-vous. En guise de "consolation", les Sang et Or participent aux Seizième de Finale de la Coupe de l'UEFA face à Porto. Le Racing sera éliminé et terminera huitième à la fin de cette saison...

Passion Sang et Or
04/12/2005